Huahine

Autour de Huahine

Nous sommes restés une bonne semaine au mouillage paradisiaque de la baie d’Avea, même si nos rencontres avec les mantas se sont faites plus rares au fil des jours; le temps s’est un peu dégradé, il s’est mis à faire froid (moins de 25° C, un scandale), même à pleuvoir, heureusement nous avons réussi à faire l’anniversaire de Cécilie sur la plage entre deux averses…

Nous avons donc pris la dure décision d’appareiller mercredi, au grand dam de Cécilie (« mais pourquoi? C’est super ici, y’a la plage et le restaurant !»), pour remonter au nord de l’île, en face du village de Fare. Lotus doit remplir les formalités de sortie de territoire, car il ne leur reste plus que quelques jours en Polynésie avant le grand départ pour la Nouvelle-Zélande, et nous pouvons louer une voiture pour faire le tour de l’île. Comme c’est les vacances scolaires ici – une semaine toutes les cinq semaines de cours, l’idéal! – il y a pas mal de touristes (locaux), donc pas de voiture disponible avant samedi; nous passons les journées sur les bateaux des uns et des autres, à jouer aux playmobils (pour certaines) et boire du rhum (pour d’autres)… Nous plongeons sur les récifs alentours, croisons quelques requins pointes noires et de beaux bancs de poissons à deux selles, mais l’eau est froide – moins de 25 °C, on songe à investir dans des combinaisons neoprène…

Poissons à deux selles ^^

Samedi 21 septembre, nous entreprenons le tour de l’île en passant entre les grains – on comprend mieux pourquoi la végétation est aussi luxuriante- et il s’avère aussi instructif que varié: nous en savons enfin un peu plus sur la fonction des marae, dont nous trouvons tant de vestiges sur les différentes îles visitées, grâce au très joli petit musée archéologique de Maeva, qui se trouve dans un fare potee (une maison commune) reconstitué.

Plusieurs maquettes de bateaux polynésiens à balancier sont exposées, avec quelques explications sur la navigation à l’aide des étoiles et des courants telle que la pratiquaient les maîtres explorateurs avant l’arrivée des Polynésiens. On comprend mieux également l’importance des va’a, ces pirogues que nous croisons dans toutes les îles, et l’engouement pour les courses inter-îles. Début novembre aura lieu la Hawaiki Nui au départ de Huahine, grand évènement sportif retransmis en direct à la télévision, et pour lequel toute l’île commence déjà à se préparer: la boutique où nous avons loué la voiture par exemple changeait son lino pour l’occasion!


Nous nous rendons sur le site de plusieurs marae au nord et au sud de l’île, qui présentent la particularité d’avoir d’énormes rochers au niveau des fondations, ce que nous n’avions pas remarqué à Tahiti. Celui proche de la baie d’Avae est rempli de coraux noircis, que nous avions pris au départ pour des pierres ponces, c’est assez impressionnant.

Nous visitons ensuite l’atelier de l’artiste-peintre Mélanie Dupré, une Australienne installée depuis plus de 15 ans dans les îles et qui se régale: huiles, aquarelles, encres, elle parvient à travers différents supports à recréer la lumière des lagons et les regards des Polynésiennes, avec également de très belles natures mortes des fruits d’ici.

Nous profitons d’une belle éclaircie pour plonger dans le lagon de la plage de l’ancien Sofitel, qui a été détruit il y a une quinzaine d’années par un ouragan. Le lagon est splendide, avec un beau jardin de corail; la plage magnifique est quasiment déserte, la belle vie…

A midi nous nous arrêtons au village de Faie, où l’on peut admirer d’énormes anguilles sacrées. Elles se reproduisent dans le lagon, puis remontent la rivière où elles se cachent sous les rochers. Des enfants du coin aident les filles à descendre dans le cours d’eau, puis à vaincre leur peur pour caresser ces gros poissons, aux yeux étrangement bleus! En discutant avec eux sur la suite de notre programme – à savoir trouver à manger-, ils nous orientent chez « tatie » qui fait de « menus », juste à côté.

Nous les suivons, un peu dubitatifs (nous n’avions rien vu en arrivant), nous entrons dans le jardin d’une petite maison, et effectivement, une « tatie » ouvre la fenêtre et nous propose de préparer – un menu typiquement polynésien peut-être?- des hamburger frites… Les filles sont ravies, nous sommes un peu déçus, mais ils sont très bons, et on avait faim…


En discutant avec les deux enfants, puis avec la tatie, nous avons un petit aperçu de la vie des Polynésiens, loin d’être aussi paradisiaque que leurs plages: le chômage est très élevé, les familles vivent très nombreuses souvent sur un seul salaire, il y a une forte ségrégation entre ceux qui sont propriétaires, ceux qui ont planté des fruitiers, ceux qui viennent d’une autre île, ceux qui ont travaillé à Tahiti puis reviennent sur leur île natale avec un pouvoir d’achat bien plus fort… Ce n’est pas évident de trouver sa place et de faire son trou, surtout qu’en lisant la presse locale, on se rend vite compte que beaucoup de choses se font par copinage, de l’installation de la roulotte à un poste dans une haute administration.
Après cette incursion dans la vie réelle, nous retournons dans la bulle de notre voyage pour parcourir la partie sud de l’île, encore plus sauvage. Nous passons le long de la baie d’Avea, aussi belle depuis la terre que de la mer, et nous arrêtons à une petite boutique de pareo (“La passion du Pareo”): une métropolitaine du Sud-Ouest s’est lancé dans cet artisanat depuis quelques années, et fait volontiers partager sa passion des teintures avec les touristes de passage.
Retour au point de départ après quelques détours (et pourtant on nous avait assuré qu’il n’y avait qu’une route), pour des retrouvailles au soleil avec Lotus. Fakarêver n’est pas resté inactif pendant notre escapade à terre, et s’est amusé à enrouler sa chaîne autour d’une patate de corail. Heureusement nous mouillons avec moins de 3 mètres d’eau, ce qui permet à Vincent de plonger, démêler et vérifier, puis nous remouillons quelques mètres plus loin pour dormir plus tranquilles, car de fortes rafales sont prévues pour le lendemain. Las, notre chaîne joueuse avait trouvé une autre patate le matin suivant…
Après quelques dernières courses de fruits et légumes au village de Fare, nous avons repris la mer cet après-midi avec Lotus pour Tahaa, l’île de la vanille! On la devine depuis Huahine, une petite navigation de quelques heures avec un vent quasi-arrière, sous spi, et sans problème! Il est sorti bien sagement de sa chaussette, s’est plié aux différents réglages en fonction de notre cap, et nous a même accompagné à travers la passe Est de Tahaa. Un décor incroyable, une entrée encadrée par deux motus, filmée par Lotus (déjà arrivé, on n’a pas réussi à les rattraper), magnifique…

tour de Huahine
Traversée Huahine-Tahaa

5 thoughts on “Autour de Huahine”

  1. En France aussi depuis samedi, l’été est parti. Ça a commencé par un vent du Sud un peu chaud et à l’arrivee des nuages, la température est bien descendu.
    Bonne continuation à la petite famille.

  2. nous partirons à Saint Raphael jeudi pour prolonger un peu l’été quelques jours encore.
    en janvier lorsque nous viendrons se sera l’été chez vous?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *