Toau

Toau, Anse Amyot, sous l’eau!

Le père Noël est passé sur Fakarêver, et les filles sont ravies de leurs surprises sous le sapin en bois flotté: jeux, livres, barbie et pareo violet, elles sont bien gâtées! Les grands ne sont pas en reste, Gaby et Morgane ont des beaux T-shirt de Rangiroa illustré d’un requin-marteau, des bracelets en coquillage, et nous offrent en retour le remplaçant de l’appareil photo sous-marin!


Une autre surprise de Noël nous attend: l’Aranui, le célèbre bateau mi-croisière mi-frêt de Polynésie, entre par la passe de Tiputa! Il apporte une cargaison de fruits et légumes frais en provenance des Marquises. C’est la ruée sur le quai, où sont vendus des « paquets » de pamplemousses, d’avocats, de bananes aux particuliers. On nous avait prévenus qu’il fallait y aller rapidement, car le stock est rapidement dévalisé, et nous repartons les bras chargés de vitamines toutes fraîches!

Nous passons quelques coups de téléphone à nos familles, puis nous partons: le temps va se dégrader rapidement, des rafales à 40 nds sont prévues demain à Rangiroa, nous filons pour notre prochaine escale, l’atoll de Toau, à 100 milles nautiques.
Le départ est épique: au moment où nous levons l’ancre un grain surgit et nous bouscule avec du vent à 30 noeuds et de la pluie aveuglante; nous suivons l’Aranui dans la passe, bien agitée, puis coupons le moteur pour nous laisser porter par les restes du grain. Nos invités découvrent la pleine mer: une houle croisée « sympathique » remue le bateau, mais rapidement nous passons en vent de travers, les vagues nous soulèvent par l’arrière, notre allure devient plus confortable. Nous nous prenons tout de même 2 gros grains qui nous poussent à mettre 2 ris pour la nuit. Malheureusement le vent baisse, la pluie ne nous lâche plus, nous avançons plus lentement que prévu; nous risquons de nous faire rattraper par la tempête qui nous talonne; nous alternons pendant la nuit avec des épisodes au moteur, histoire de tenir une moyenne de 4 noeuds… Morgane nous accompagne dans nos quarts jusqu’à 1h du matin, Gaby est moins en forme…

les petits points jaunes sur le radar symbolisent les nuages de pluie…

Au matin le vent est complètement tombé, contrairement à la pluie qui semble avoir encore des milliers de litres en réserve… Nous observons nos quarts depuis le carré, le poste de barre finit par être très humide, malgré le bimini textile à 360° qui le protège… Nous en profitons pour tester avec les filles leurs nouveaux jeux, la mer est calme, ce qui nous permet d’arriver à la passe de l’Anse Amyot, à l’est de Toau, dans de bonnes conditions, vers midi. De la vraie tempête, nous n’en verrons qu’un fort coup de vent à 30 noeuds, une fois solidement amarrés à la bouées…

Il s’agit maintenant de sécher le bateau, les vêtements et le cockpit: pas évident avec des grains qui rappliquent à l’improviste… Mais ils finissent eux aussi par passer, et le soleil vient donner quelques couleurs à notre belle anse: complètement protégée de la houle et des vagues, entourée de beaux massifs coralliens, c’est un petit paradis pour le snorkeling, le paddle, et la chasse sous-marine! Vincent initie Gaby, et ils nous rapportent trois beaux perroquets (pas des dommages collatéraux avec des oiseaux passant par là, mais bien des poissons). Ils feront notre dîner!


Nous débarquons à terre, où nous attendent trois chiens ravis de notre visite et courant après les poules; pas âme qui vive dans ce petit village qui réunit une pension touristique avec de jolis bungalows et quelques maisons de pêcheurs. Nous finissons par trouver le gardien, qui nous informe que les propriétaires du lieu sont allés passer les fêtes à Fakarava; nous sommes donc seuls au monde!
Enfin par pour longtemps: un catamaran de Poe charter nous rejoint, puis Holnis, rencontré à Tikehau, et un énorme monocoque qui ancre en plein milieu de la baie. C’est étonnant la vitesse à laquelle la civilisation nous a retrouvés…

Nous continuons nos petites balades sous-marines en binôme: nous explorons la passe, mais il a tellement plu que le lagon est plein, et même en courant entrant il charrie encore du sable vers l’océan. La visibilité est en revanche bien meilleure à l’extérieur, nous nous promenons donc à 10m de fond sur le tombant, où quelques petits requins bordés viennent à notre rencontre; nous croisons de beaux Napoléons, et de magnifiques poissons de récif.


En consultant une nouvelle fois la météo et le planning, Vincent décide qu’il est temps de partir pour Fakarava: le vent n’est pas très favorable, mais comme il passe de SE à NE, nous espérons limiter le nombre de bords à tirer.
Nous nous mettons en route en fin d’après-midi: la mer est belle, le temps aussi, le vent est dans la bonne direction, nous nous répartissons les quarts assez sereinement.

Un grain nous bouscule vers 21h, nous surprenant toutes voiles dehors avec des rafales à 30 nds, mais Vincent a le bon réflexe de se mettre face au vent, et laisse passer la bourrasque. Nous jouons avec un ris juste dans le génois pour plus de sécurité, et la nuit se passe sans problème, le vent tournant NE au bon moment dans notre trajectoire, nous faisant même avancer plus rapidement que notre meilleur scénario. Nous abandonnons le plan initial – qui était de contourner Fakarava par le nord pour arriver directement à la passe sud – et nous nous rendons directement à la passe Nord pour traverser le lagon jusqu’au village de Tetamanu: la traversée de lagon ne peut se faire que de jour et à condition de passer aux bons horaires à la passe nord pour éviter de lutter contre un courant qui peut aller jusqu’à 10 noeuds! Nous abordons ainsi la passe Nord à 5h30, dans de magnifiques teintes roses: elle est gigantesque, et très paisible! Seul bémol: Gabriel, très motivé à l’idée de faire un quart de nuit a vu le sien disparaitre dans ce changement de plan.. encore désolés ^^!
Nous voici aux aurores au début de notre traversée du lagon. Fakarêver est bien arrivé à Fakarava…

La chanson de cette vidéo est du groupe marquisien Koru; nous l’avons découverte lors de nos courses à Rangiroa, elle tournait en boucle dans le supermarché… Nous l’avons donc écoutée 12 fois d’affilée… Elle est devenue le tube de nos vacances! Elle reste un tout petit peu en tête, ne me remerciez pas ^^…

Plongées à Rangiroa et navigation à Toau
Rangiroa

Maeva in Rangiroa!

Vendredi 13 décembre, le temps presse, il faut y aller. Le vent s’annonce plutôt bon pour la première partie de la nuit, mais va tomber au petit jour, nous décidons de partir vers 16h de Tikehau pour Rangiroa.

A la passe, deux belles surprises: Lysandra est sur le bateau de plongée de son papa, pour une sortie snorkeling, et nous fait de grands au-revoirs debout à la proue! Encore une belle rencontre pour les filles offerte par les îles… Puis, quelques mètres plus loin: des dauphins surgissent et nous accompagnent sur un mille, en jouant entre les coques et l’étrave… Cette navigation s’annonce plutôt bien!


Nous serons même accompagnés: l’Eimata Va’a, un magnifique Outremer 51, arrivé la veille au mouillage de la passe, se rend lui aussi à Rangiroa! Une présence au milieu de la nuit, c’est sympa, surtout dans les heures avant le lever de lune, tellement sombres qu’on ne distingue plus le ciel de la mer…


Des grains se forment au sud, nous apportant un peu de vent d’est, pratique pour remonter au nord de Tikehau, mais un peu plus pénible pour rejoindre Rangiroa, bien à l’est. Nous tirons des bords une bonne partie de la nuit, mais la mer est calme, le vent constant, je me réconcilie avec la navigation en haute mer…
Au petit matin, le vent est quasiment tombé, mais le peu qu’il reste continue à être de face: on allume un moteur. Le vent revient, on coupe le moteur, le vent repart, on rallume… Des globicéphales passent; nous évitons la pluie… et parvenons enfin à la passe d’Avatoru, un peu plus tard que prévu. Il s’agit de la passe la plus à l’est de Rangiroa, celle qu’on nous a conseillé d’emprunter pour entrer dans le lagon. Nous sommes quasiment à l’étal (heure où le courant est le plus faible), nous gardons les voiles pour stabiliser le bateau, car malgré tout le mascaret est assez fort à l’entrée, et des remous très bizarres nous attendent à la sortie. Mais Fakarêver traverse toutes ces eaux mouvantes sans broncher, et ça y est, on est arrivé!

Enfin presque, le mouillage est à l’autre bout de la longue bande de terre sur laquelle s’étale le village d’Avatoru: Eimata Va’a, arrivé 30mn avant nous, nous confirme que le mouillage ne tient pas en face de la première passe, il faut rejoindre la deuxième, en face du village de Tiputa, à une heure de navigation. Le vent est de NE, nous gardons les voiles et observons avec ravissement les fous à ventre blanc chasser sur des bancs de poissons qui frétillent à la surface.
Nous mouillons près de Eimata Va’a, il n’y a pas beaucoup de visibilité et pas mal de profondeur, mais l’ancre résiste aux tests (moteurs en marche arrière à 1500 trs/mn), on devrait dormir tranquilles! Nous nous rendons à terre, où nous attendent un petit débarcadère, deux supérettes, des snacks, des clubs de plongée, et même un container pour les poubelles des bateaux… On sent que le tourisme de plaisance est bien développé, toutes les commodités sont réunies autour du port, c’est très confortable! On déchante un peu en voyant les prix du lait à la supérette, la propriétaire du snack nous confirme que les prix sont bien plus chers que dans les supérettes du village à l’est d’Avatoru. On ira (re)faire le plein là-bas…
Nous prenons des renseignements pour les plongées auprès des différents clubs en prévision de l’arrivée imminente de Gaby et Morgane, puis c’est le grand ménage: nous préparons la cabine des invités, qui servait jusqu’à présent de débarras, Vincent regraisse tous les hublots, les filles rangent et décorent leur chambre, préparent une crèche à base de palmes et de playmobiles… Il pleut des cordes sans discontinuer depuis samedi soir, un énorme orage a éclaté, on est content d’avoir bien planté l’ancre! La dame du snack – vraie mine d’informations – est confiante que le beau temps reviendra lundi, le vent ayant tourné nord.

Lundi matin à 8h, nous sommes prêts: bateau rangé, cheveux brossés, annexe descendue, mais – « A priori notre vol part à 10:30, j’ai l’impression qu’ils ont annulé notre avion ». Zut, ils avaient pourtant réussi à enchaîner 2 trains, 1 rer et 2 avions sans problème… Je vais chez Mama Tetua qui nous a préparé deux beaux colliers de fleurs de tiare, puis nous attendons patiemment que l’heure tourne, avec une pensée pour les deux voyageurs en plein décalage horaire, mal installés sur les banquettes de l’aéroport de Tahiti.

A 11h nous amarrons l’annexe au ponton de l’aéroport, puis tentons d’avoir quelques infos sur l’avions mystérieux: il n’aurait pas été annulé, mais retardé, on ne sait pas trop pourquoi, ni à quelle heure il arrive, mais il devrait être là avant 13h… Une arrivée à la polynésienne donc…Au moment où nous avions abandonné tout espoir, au point de songer à manger sur place, surprise: un avion atterrit! Ils sont là: un peu fatigués, un peu pâlots, mais le sourire jusqu’aux oreilles, Morgane et Gabriel sont avec nous pour les trois prochaines semaines!

Une fois à bord ils quittent rapidement leurs jeans et basket, et commencent ce qui s’annonce comme une longue série de baignades depuis le bateau. Les filles sont ravies d’avoir deux nouveaux compagnons de jeux disponibles, et nous aussi: nous allons pouvoir renouer avec les parties de cartes disparues depuis le départ de Lotus, les cocktails devant les couchers de soleil… Et nous avons deux matelots de plus, ça va être pratique dans les manoeuvres et les quarts de nuit! Deux bouches de plus à nourrir aussi: nous nous rendons mardi matin au village d’Avatoru à l’aide du taxi de Gilbert, qui nous dépose à la station service pour récupérer du sans plomb pour l’annexe et des plombs de plongée, au market pour faire le plein, puis revient nous chercher avec nos 6 sacs de courses pleins. Il nous dépose au ponton: pas de caddie surchargés à pousser sur 1km, la grande vie! Nous trouvons tout ce qu’il nous faut: des fruits, des légumes, nous prenons tout le chocolat à cuire disponible, 12 kg de farine, des litres de lait, et nous récupérons même un Uru tout frais, donné gentiment par une villageoise dans son jardin! A la grande joie de Morgane nous le transformons en gratin, en chips et en purée, le fruit de l’arbre à pain sous toutes ses formes…
Gaby et Vincent sont restés pendant ce temps sur le bateau pour s’occuper du compresseur: cet appareil sert à remplir les bouteilles de plongée, à bord depuis le début du voyage mais non utilisées par les novices que nous sommes. Nos visiteurs ont apporté de France leur gilets stabilisateurs et leurs détendeurs tout neufs, de quoi faire des petites plongées depuis le bateau! Après quelques lectures du manuel et essais infructueux, ça fonctionne: à nous la liberté!
Mais pour le moment ce sera une liberté conditionnée: nos premières plongées s’effectuent avec le club de Plongée Rangiroa Diving Center, qui nous proposent une première plongée tous les quatre sur le site de l’Eolienne, et une tatie pour garder les filles. Celles-ci se lient rapidement avec le fils de la secrétaire du club, lui aussi passionné de dragons…

Le site de l’Eolienne est sur le tombant, et propose un long mur plein de coraux et de poissons de récifs; la visibilité n’est pas terrible, mais ne nous empêche pas d’admirer des petits requins gris, qui semblent chasser. Mais les poissons n’ont pas l’air très vifs… C’est en fait un pêcheur à la surface qui a déversé 3 caisses de poissons morts au-dessus du site; les requins se régalent, mais sont bien excités, et viennent nous tourner autour des palmes un peu trop rapidement à notre goût (et à celui de notre guide)… Ils s’effarouchent lorsqu’on fait quelques mouvements brusques, nous sommes quittes pour quelques émotions fortes…
Mercredi matin, Gaby et Morgane font une première plongée matinale dans la passe en dérivante jusqu’à 32 mètres, explorent quelques canyons à toute vitesse, poussé par le courant entrant, et aperçoivent un mur de requins à 60m tout fond de la passe. Nous les rejoignons à 10h pour une deuxième plongée cette fois à 20m, mais le courant s’est inversé plus tôt que prévu, nous ne pouvons pas entrer. Nous refaisons le site de l’Eolienne dans l’autre sens; pas de requins affamés cette fois, mais une tortue vorace en fin de plongée, qui s’acharne sur un bout de corail a priori délicieux. C’est vraiment agréable de pouvoir rester au plus près d’elle – elle n’est pas farouche du tout – et de la regarder faire des galipettes, entraînée par son poids et sa gourmandise…
Le vent reste de nord, permettant au soleil de briller sans discontinuer, nous en profitons pour nous rendre sur le site du Lagon Bleu, à l’ouest du lagon de Rangiroa. Première navigation pour nos visiteurs, avec les conditions optimales: vent constant, mer sans houle, belle luminosité, nous filons à 6 noeuds en vent de travers.

Nous nous postons en vigie à l’arrivée, car des patates sont signalées sur la route; effectivement l’arrivée au mouillage, en suivant les indications de Eimata Va’a (qui en revient), n’est pas évidente, et le mouillage encore moins. D’énormes cheminées de coraux surgissent un peu partout, l’ancre n’accroche pas bien dans le sol dur, et la visibilité n’est pas terrible, mais nous finissons par être assez satisfaits: la chaîne zigzague entre les rochers, nous avons placé 3 pare-battages le long de l’ancre pour la remonter de manière régulière, afin d’éviter qu’elle ne fasse des tours lorsque le vent tombe. Ce n’est pas notre meilleur mouillage, mais nous nous en contenterons…
Le Lagon bleu est magnifique! Il faut y accéder en annexe, là encore en zigzaguant entre les coraux, mais une fois dans l’eau, c’est le bonheur: elle est à 32°C, translucide, des bébés pointe-noires s’y ébattent, de jolies fleurs de corail abritent une population dense et curieuse, nous passons un bel après-midi seuls au bout du monde.

Bébé pointe-noire

Le lendemain matin nous plongeons: je forme le premier binôme avec Gaby, et nous explorons les fonds tout autour du mouillage. Il y a beaucoup de plancton et de sable en suspension, les immenses cheminées qui s’élèvent sur plus de 4 mètres sont d’autant plus impressionnantes qu’on ne les voit surgir qu’au dernier moment, masses fantomatiques et menaçantes qui se révèlent finalement roses, bleues ou violettes, des cités miniatures habitées par des habitants bariolés et très affairés. Les bouteilles nous permettent de prendre le temps d’observer ce fourmillement, d’explorer les petites cavités, de réaliser de belles photos grâce à mon nouvel appareil fraîchement arrivé avec nos invités (ô joie!)… Et quand on lève la tête: des requins… plein de requins… des pointes-noires essentiellement, très présents autour du bateau – l’un d’eux n’a d’ailleurs pas trop apprécié mon entrée dans l’eau palmes en avant – et qui surgissent au détour d’un monolithe de corail, rôdant à quelques mètres de nous… Deux requins gris font leur apparition, à la silhouette plus profilée et prédatrice, très curieux eux aussi. Nous comptons jusqu’à vingt requins tournoyant dans un rayon de 20 mètres autour de nous; silhouettes tour à tour distantes et bien distinctes, elles rendent encore plus magique ce site découvert finalement un peu par hasard!

Nous plongeons chacun deux fois dans ce lieu irréel, puis levons l’ancre démêlons la chaîne, et nous ne sommes pas trop de quatre à la manœuvre pour nous extirper de ce champ de mines – Vincent dans l’eau, Gaby aux moteurs, moi au guindeau, et Morgane en relais des messages criés un peu partout – pour naviguer cette fois au sud du lagon, jusqu’à l’île au récif. A nouveau une belle mer, un vent dans le bon sens, il ne faudrait pas que nos invités prennent trop l’habitude de ces navigations sans houle, ils risquent d’être surpris en sortant du lagon… Cette fois le mouillage ne pose pas de difficultés: du sable bien meuble dans lequel l’ancre accroche immédiatement, pas de patate où faire des tours, ça fait du bien…
Nous sommes au bord de la ceinture de motus qui encerclent le lagon: sable blanc, cocotiers, coquillages, un petit lagon intérieur avec une eau au moins à 37 degrés, de beaux coraux… Et pas un chat, juste un cochon sur le motu d’à côté, un peu surpris de croiser du monde… Les filles apprivoisent des bernards l’Ermite, nous passons un bel après-midi sur ce banc de sable loin de toute civilisation!

Des orages menacent au loin, évitent le bateau toute la soirée; mais la pluie finit par déferler pendant la nuit, et ce matin elle tombe sans discontinuer. Nous reprenons la mer pour remonter sur le mouillage de Tiputa, et cette fois la navigation est plus difficile: vent et vagues de face, rafales à 25 noeuds, pluie battante, avec toujours la possibilité de coraux affleurant au milieu du lagon, les deux premières heures sont un peu fatigantes, mais le temps se calme, et nous arrivons finalement à la voile et sous le soleil à notre premier mouillage.
Nous allons plonger sur le magnifique site de l’Aquarium, à l’intérieur du lagon en face de la passe de Tiputa: des bouées sont installées pour accrocher les annexes, des panneaux explicatifs sur les coraux et leur faune sont immergés le long d’une jolie promenade aquatique au milieu de massifs coralliens très peuplés, nous avions beaucoup apprécié d’y plonger la semaine précédente, et retournons avec plaisir au milieu de tous ces poissons magnifiques. Gaby et moi plongeons en bouteille, ce qui nous permet d’aller voir de très près une magnifique limace de mer aux couleurs fluos, mais aussi de croiser… un requin-marteau! Gigantesque animal, à la nageoire dorsale très impressionnante, nous ne nous attendions absolument à en trouver un là! Il peuple d’habitude le large et les passes à de grandes profondeurs, en croiser un en lagon à 10m de fond est vraiment incroyable… on a du mal à s’en remettre!
Les moniteurs du club de plongée n’y croient pas non plus, lorsque nous leur racontons ce matin notre rencontre… Nous avons rendez-vous pour une nouvelle plongée dans la passe en dérivante, si le courant le permet. Gaby et Morgane partent avec un groupe de plongeurs confirmés, pour descendre à 40m dans les canyons de la passe, tandis que nous plongeons de notre côté avec Vincent et Céline, la secrétaire qui est en fait aussi monitrice. Le courant est très fort, et nous entraîne rapidement dans la passe; nous apercevons un énorme requin bordé, en nous accrochant aux coraux pour ne pas nous faire entraîner, et même le requin se fait bousculer par ce courant entrant… Puis nous nous laissons dériver, et croisons… un requin-marteau! Deux fois plus grand encore que celui de la veille, Céline est aussi enthousiaste que nous! Nous descendons ensuite vers le fond de la passe, pour explorer les canyons, mais le courant est vraiment très violent, j’ai du mal à me stabiliser, nous remontons un peu pour que ce soit plus confortable. Nous nous faisons dépasser par une escadrille de raies léopards, en formation serrée à 12, et pour une fois nous les observons de dessous! Elles repassent sur notre gauche, puis nous les perdons de vue; nous dérivons toujours assez vite, puis refaisons surface, pour constater que nous sommes arrivés assez loin dans le lagon, pas du tout au point de rendez-vous prévu avec le bateau… Il finit tout de même par nous retrouver; la palanquée de Gaby et Morgane a eu moins de chance: une des plongeuses a eu des problèmes d’oreilles lors de la descente, ce qui les a empêché d’entrer dans la passe. Ils sont donc restés à l’extérieur du récif toute la plongée, sans faire de rencontre particulière… Pour la peine ils replongeront demain, on croise les doigts pour que le requin marteau se manifeste à nouveau!
L’après-midi nous visitons la ferme perlière Gauguin, la dernière encore en activité sur Rangiroa; la visite est très complète, avec des explications détaillées sur l’élevage des huîtres perlières, puis nous assistons à la greffe d’huîtres à qui l’on remettait le premier nucleus. Enfin, on nous fait observer les différentes catégories de perles, les rondes, semi-rondes, baroques… Morgane repart avec une belle paire de boucles d’oreilles!
Nous terminons cette belle journée par une nouvelle sortie à l’aquarium, avec cette fois Morgane et Vincent en plongée bouteille; mais le temps se gâte rapidement, des vagues se forment, le snorkeling devient compliqué en surface avec les filles; les plongeurs remontent sans avoir rien vu que des balistes défendant âprement leurs nids… La tempête se déchaîne, avec des rafales à 28nds, nous sommes contents de rentrer au bateau!
Nouvelle plongée pour Gaby, Morgane et Vincent ce matin, et c’est le graal: les dauphins sont là en cette veille de Noël !! Ils sont venus à la rencontre des plongeurs dès leur descente à 30m, et sont restés un bon moment à nager tout autour… Ils ont même vu un marteau! Noël avant l’heure…
Pour se mettre dans l’ambiance, malgré les trombes d’eau qui tombent sans discontinuer, nous confectionnons de magnifiques Bredeles, puis regardons tous ensemble Vaiana, en remarquant au passage tous les petits détails piochés dans la culture polynésienne.

Veillée de Noël, on entonne “les anges dans nos campagnes” et “bon Noël et de Fort de France”, accompagnés d’un confit de canard et de pommes de terre sautée! Pas de vin, on prend la mer demain pour Toau!

vidéo du lagon bleu

La chanson de la vidéo suivante est du groupe marquisien Koru; nous l’avons découverte lors de nos courses à Rangiroa, elle tournait en boucle dans le supermarché… Nous l’avons donc écoutée 12 fois d’affilée… Elle est devenue le tube de nos vacances! Elle reste un tout petit peu en tête, ne me remerciez pas ^^…

plongées à Rangiroa
Maupiti

Nana Maupiti! (* au revoir Maupiti)

Voiliers à Maupiti

C’était chouette Maupiti! Ces deux semaines n’ont pas été de trop, même si le temps s’est un peu gâté -entendre: il a plu de temps en temps – nous nous sommes imprégnés jusqu’au bout de la beauté du lieu et de la gentillesse des habitants. Ce n’est pas toujours évident de briser la glace avec les Polynésiens, qui paraissent au premier abord cordiaux mais distants: ils ne viennent pas spontanément nous parler, et on peut très vite se sentir exclus au milieu de la place du marché. Mais il faut revenir, s’assoir, attendre; puis on est accepté et les échanges commencent: on passe du statut de « touriste de passage » à celui de « touriste qui va rester un peu plus longtemps ». Être sur un bateau, ça permet d’être indépendant, mais parfois un peu trop, et on a finalement peu de contacts avec la population locale, habituée aux bateaux de charters qui traversent les lagons en coup de vent.

Nous avons vécu de beaux échanges notamment la veille de notre départ, samedi 2 novembre, sur le motu devant lequel nous étions mouillés. Toutes les semaines, les pensions qui hébergent les touristes – il n’y a pas d’hôtel à Maupiti – organisent des repas partagés sur les motus:

Four polynésien

un four tahitien est creusé, des plats traditionnels préparés dans des paniers en palmes, des grandes tables sont alignées sur le sable, c’est très sympa!

Tressage de paniers à partir de feuilles de cocotier

J’ai négocié avec l’organisatrice pour que nous puissions y participer, et nous n’avons pas été déçus de l’accueil: nous découvrons de nouvelles saveurs -gelées de citrouille pour Halloween -, participons à un atelier de tressage de paniers, à un autre d’ouverture de noix de coco, les filles passent l’après-midi à jouer avec les enfants de nos hôtes dans le lagon, et j’ai même le plaisir de jouer du ukulele avec le groupe, composé sur frère, du beau-frère, des cousines et de la grand-mère de Nini, l’organisatrice!

Si au début tout ce beau monde joue pour les touristes, ça se transforme vite en « boeuf » où le plaisir de jouer et chanter ensemble prend le dessus: je suis assise à côté d’un guitariste qui me souffle les accords que je frappe sur l’instrument prêté (oui, ici on frappe le ukulele…), mais finalement on tourne sur les 4 mêmes accords, et c’est une vraie joie pour moi de participer à cette musique festive et généreuse. Mon voisin n’est ni touriste, ni de la famille de Nini; il est de Raiatea et a traversé jusqu’à Maupiti sur le petit bateau à moteur d’un ami pour suivre l’Hawaiki Nui; il connaît les musiciens, et il s’est joint avec ses amis à cet après-midi convivial. Ah oui, et sa fille est aiguilleuse du ciel à l’aéroport du Versoud. En face de chez nous, où Vincent va faire du planneur. It’s a small world after all…

Nous regagnons le bateau vers 17h après avoir recueilli quelques recettes de Mamie et de Nini, fourbus ( et un peu éraflée pour Cécilie qui a sauté trop près d’une patate de corail) mais bien contents de ces échanges!


L’Hawaiki Nui a donc eu lieu, la fameuse dont tout le monde nous parle depuis notre arrivée: LA course de va’a à 6 rameurs des îles sous le vent, qui s’étale sur trois jours et relie Huahine à Bora Bora. Nous avons suivi la dernière journée à la télévision, et apprécié le départ en trombe dans le lagon de Tahaa: surtout sous des trombes d’eau… Même les caméras étaient mouillées, et le commentateur n’osait pas sortir son Iphone pour chronométrer le temps qui séparait le leader des autres concurrents… D’ailleurs c’est le bateau Shell qui a gagné, mais tout le monde le savait avant le départ: « c’est quoi votre plan de course? – on va suivre le leader, c’est plus sûr », qui a effectivement tous les renseignements nécessaires: des pêcheurs sont éparpillés sur les différentes routes possibles et donnent des informations en temps réel sur les courants et la houle aux différents endroits au staff, qui suit le va’a en bateau à moteur et lui communique la route à prendre. C’est une performance physique assez folle, et qui est suivie par tous les archipels, chacun envoyant au moins un bateau de représentants – il y en a même un de Marseille, et un autre de Vaux-en-Velin!

Maupiti

Nous nous décidons enfin à quitter notre île paradisiaque dimanche 3 novembre, non pas pour les Tuamotus, mais pour Raiatea: il y a besoin de refaire des coutures sur le génois et la Grand Voile (plus d’explications dans un prochain article), nous prenons contact avec un voilier, qui peut s’en occuper cette semaine. Nous appareillons à 5h30, admirons une dernière fois des couleurs magnifiques du lever de soleil sur les arêtes de l’île, prenons la passe sans courant ni vague, et … hissons le spi! Il y a eu une belle bascule dans les alizées, et nous profitons d’un très rare vent d’ouest pour partir vent arrière! Quel luxe de voyager au rythme des vents… Navigation calme, avec une houle très faible, nous doublons Bora vers 11h, puis le vent tourne petit à petit, devenant sud; nous affalons le spi pour sortir le génois et la grand’voile. Nous naviguons entre les grains, ce qui nous permet d’en prendre le vent et de pousser une pointe de vitesse à 8 noeuds, du jamais vu encore pour nous avec Fakarêver (on n’a eu que des fenêtres avec peu de vent pour l’instant!). L’arrivée à Raiatea se fait sans encombre, accueillis par un bel arc-en-ciel, et nous retrouvons avec joie ces belles falaises et ces sommets verdoyants à 1000 mètres!

Fakarêver de retour à Raiatea

Nous retrouvons également Quasar, un joli monocoque à l’intérieur tout en bois, rencontré à Maupiti: Laura et Yann, jeune couple d’aventuriers, sont partis il y a trois ans de La Rochelle, et traversent tranquillement le monde. Ils vont rester jusqu’en juin en Polynésie, puis repartir en avion en métropole, leur expérience maritime s’arrêtera – pour le moment- là.
Programme de cette semaine: démontage des voiles, ravitaillement à Uturoa, école, jeux, avec pour objectif un départ pour les Tuamotus dimanche prochain: une belle fenêtre météo avec un vent du NO nous permettrait une navigation confortable. Mais j’ai l’impression que nous serons vraiment sûrs de partir dans cet archipel que quand on y sera arrivés…

Maupiti

A l’ouest!

Que faire, que voir, que raconter après cette baleine… J’avoue avoir été K.O quelques jours après cette rencontre merveilleuse… Plus envie de plonger, comme rassasiée, trop pleine d’images et d’émotions trop fortes… Alors on a fait d’autres choses: un petit tour à Vaitape, la ville de Bora, pour faire le plein de fruits; un peu d’école; un peu de lecture; Vincent et les filles sont sortis du lagon pour rencontrer un requin-citron, mais j’ai décliné l’invitation, pas encore complètement remise…
Puis nous partons: le vent continue de baisser, et si ça continue nous irons à Maupiti au moteur, un comble après les semaines de vent que nous avons essuyées! Maupiti est la dernière grande île habitée de la Polynésie Française, la plus à l’ouest, la plus sauvage, la plus belle nous a-t-on dit… Et elle se mérite: on y accède par une unique passe, inhospitalière voire très dangereuse selon les conditions… Lotus nous a raconté l’histoire d’un monocoque obligé de renoncer après 1h de lutte contre le courant; celle d’amis qui étaient partis de nuit de Bora pour être certains d’être aux aurores à la passe… Tout cela nous faisait froid dans le dos. Un couple qui tient une pension sur le bord de cette Charybde ( ou c’est Scylla, je ne sais jamais…), anciens marins, donne des conseils par téléphone aux nouveaux arrivants. Je les appelle vendredi, la voix chevrotante: « la passe va-t-elle bien? »; Camille me répond en riant qu’elle ne peut pas prédire son état de demain, mais que vu le vent (entre 8 et 10 noeuds) et la houle (moins d’un mètre), ça devrait passer. Ça devrait. Ça ne nous fait pas rire.
Nous choisissons finalement d’appareiller dimanche; mais la veille au soir, en re-re-re-re-regardant la météo, nous voyons la carte couverte de grains et d’orage… Malheur, Maupiti est-elle maudite?
Nous partons tout de même aux aurores, comptant sur une traversée de 6h, l’arrivée prévue à midi avec peu de houle annoncée devrait permettre un passage assez tranquille – surtout, le vent chute considérablement en début d’après-midi.
Nous quittons Bora sur des images magnifiques, le pic à moitié voilé par les nuages du premier grain de la journée, le soleil levant filtrant à travers les nuées… Maupiti est droit devant, encore endormie dans le lointain, un peu masquée par les brumes matinales, les oiseaux survolent une mer d’huile, des baleines soufflent au loin, on pense à mettre les voiles – BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIPPPPPPPPPPPPP!!!!!!!!!! Ou plutôt: un bruit strident nous tire de nos rêveries: quoi quoi qu’est-ce qui se passe???
C’est le moteur tribord de Fakarever qui nous dit qu’il y a de l’eau dans le Saildrive (là je laisse Vincent expliquer ce que c’est que le saildrive: « c’est la partie qui transmet les efforts du moteur à l’hélice: principalement immergée donc. Les roulements et pignons doivent baigner dans l’huile et toute eau salée source de corrosion de frottements n’est pas du tout la bienvenue! »). Bien bien. C’est grave docteur? Vincent coupe tout, sort le manuel, ouvre les capots, vérifie l’huile, check sur internet , « y’a pas de mayonnaise » (??? si tu le dis, on a de la moutarde si tu veux), « c’est sûrement une fausse alerte. » Oui, mais si c’en n’est pas une? On va vers Raiatea plutôt, pour faire vérifier ? Oui, non? Sûr sûr??
Nous repartons, le BIIIIIPPP tente encore deux fois de communiquer le temps que l’on lance le spi, puis se tait définitivement: on est à la voile direction Maupiti !

Interlude technique: une fois arrivé, Dominique ( spécialiste Yanmar qui nous avait fait la maintenance des 1000h) nous a guidé pour vérifier tout ça: c’était bien une fausse alerte. Il y a en réalité une double membrane, le capteur est entre les deux afin de prévenir en amont dès le passage de l’eau à travers la première membrane et avant que l’huile se transforme en mayonnaise (eau + huile => viscosité de mayonnaise). Pas d’eau entre ces 2 membranes. Un nettoyage de l’ensemble paraît avoir eu raison de cette fausse alerte.

Un grain devant, un derrière, un sur le côté: l’intérêt, c’est qu’on a du vent! On avance bien, Vincent fait ses réglages au poil. Il y a même un poisson qui mord à l’hameçon de sa canne à pêche, mais, tellement on va vite, il en casse le fil (il était vieux, il avait cuit au soleil… (le fil, pas le poisson)).
Malheureusement les grains s’éclipsent (sans même nous avoir mouillés), et le vent avec lui: c’est rapidement le calme plat. Le spi ne se gonfle plus, on tente le génois sans plus de succès, on lance le moteur pour la dernière heure…
Nous déjeunons, puis nous préparons à affronter la passe… Tout est rangé à l’intérieur du bateau, les placards sont fermés, les assiettes sanglées, les filles briefées – ça va secouer, on vous aime!!-, et nous y voilà: Vincent me montre les grosses vagues sur lesquelles il va falloir surfer… ah non, ça c’est la barrière de corail, la passe est à côté… ah, c’est tout plat… oui mais le courant c’est traitre, on fait ronronner les deux moteurs… ah tiens, ça avance tout seul… oh dis donc, ça y est on est dans le lagon… « Papa, c’est quand que ça secoue?? il se passe rien là!! », euh, oui effectivement on a eu au maximum 1 noeud de courant à contresens et aucune vague…
Pas si terrible cette passe finalement… Much ado about nothing?

la fameuse passe

Le lagon par contre est magnifique: aussi beau que celui de Bora, mais plus confidentiel, avec quelques pensions sur les motus, des fonds superbes, des bleus incroyables; on devrait être bien!
Nous mouillons sur un immense plateau de sable, avec 30 cm d’eau sous les coques, mais on est large!

Quelques bateaux de charter viennent mouiller pas loin de nous, mais ils ne restent pas: ils profitent que la passe soit praticable pour profiter une journée, voire 24h de Maupiti, puis s’en repartent à Bora et Tahaa. Nous faisons connaissance avec un magnifique Leopard 48, Léo, propriété de Pierre et Caroline, qui connaissent bien la Polynésie y ayant séjourné à plusieurs reprises. Nous goûtons ensemble le rhum arrangé Passion acquis à la rhumerie de Tahaa, et Pierre me raconte sa prochaine pièce de théâtre qui sera mise en scène au théâtre du Rond-Point… On se reverra en métropole!
Pas loin du mouillage se trouve une aire de nettoyage pour raies manta; nous y faisons un saut dès le premier matin, et ne sommes pas déçus: cinq magnifiques mantas se prélassent au fond de l’eau, en faisant des ronds et des spirales élégantes. La visibilité n’est pas terrible, mais c’est la première rencontre pour les filles, qui sont ravies!


Nous nous promenons sur le motu Pitihahei, pour nous approcher de la barrière de corail – un chien nous accompagne durant toute la balade; nous nous rendons à la pointe Tereia pour profiter de la plage et ramasser des coquillages; nous nageons dans l’énorme piscine qui entoure le bateau; les filles ont leur première leçon de conduite d’annexe; nous admirons les couchers de soleil fabuleux; nous guettons les raies pastenagues et léopards qui tournent autour de notre mouillage; nous devons d’ailleurs en changer – de mouillage – depuis deux jours, pour nous rapprocher du village, mais bizarrement, je suis bien moi là….

On bouge demain, il paraît qu’il y a une magnifique randonnée à faire, il va falloir partir à la recherche de nos chaussettes…

Raiatea

De Raiatea à Bora

Non seulement nous avons mieux dormi dans notre nouveau mouillage, dans la baie de Vaiaeho, mais nous nous y sommes sentis tellement bien que nous sommes restés une bonne semaine ancrés là, sous le point culminant de Raiatea, le mont Tefatua (1017 m d’altitude)… Une gigantesque falaise percée de cascades, pas besoin de chercher bien loin: on a retrouvé notre Chartreuse protectrice…


Les fonds coralliens sont magnifiques, avec quelques tortues et raies léopards, une eau bien chaude, la mer est calme malgré le vent qui s’enfile par une trouée du massif montagneux, que demander de plus?
Une course de va’a! Nous sommes aux premières loges (ils passent à 30 cm du bateau) pour admirer et encourager les rameurs de V6, des va’a 6 places, qui se préparent lors de cette épreuve à la fameuse course Hawaiki Nui, qui aura lieu début novembre, entre Huahine et Bora Bora!
Le temps se gâte ensuite, avec beaucoup de pluie, transformant notre lagon bleu turquoise en eaux troubles et boueuses. Ces intempéries nous permettent d’avancer dans le programme scolaire, en faisant de longues sessions d’école le matin, de lire, de jouer aux Playmobils, de nous reposer et de décompresser! Ces deux premiers mois en Polynésie ont été riches en émotions et en expériences variées, cela nous fait un bien fou de ne rien faire!

Vincent (n’ayant rien à réparer edit: ayant fini de réparer l’impeller des toilettes électriques ) se métamorphose en boulanger, et fait ses premières expériences de pain maison: c’est testé et approuvé par les filles! (recette adaptée de Lotus en fin d’article)

J’en profite pour faire des essais de transformation de nacres: ça fait plein de bruits et ça met de la poussière partout, mais c’est très satisfaisant ^^!

Nous attendons une météo plus clémente pour nous rendre sur Bora; lorsque le soleil repointe le bout de son nez nous enchaînons les lessives, profitant du vent constant pour tout sécher rapidement (draps secs en 1h, qui dit mieux ?). Nous testons le restaurant de l’hôtel Fare Vai Nui, qui partage notre baie, et sommes très bien reçus par le patron et sa cheffe patissière! Nous nous régalons de poissons et de desserts maisons; les filles jouent sur le ponton avec les enfants d’une famille Polynésienne venue fêter l’anniversaire d’un grand gaillard, et pendant que Cécilie se fait offrir un bout de gâteau au chocolat par le benjamin de la famille, Agathe échange avec la cadette sur la possibilité de faire le tour du monde en bateau en 80 jours…

petit tour en paddle jusqu’au motu


Nous pensons décoller de la baie jeudi, mais finalement restons une journée de plus: les éclairages ne fonctionnent plus dans la chambre d’Agathe, SuperVincent s’insère dans le circuit électrique du bateau et trouve la panne! (cosse mangée par le sel en fond de cale, 4h pour trouver!) Mieux encore, il la répare… Toujours aussi efficace, sa persévérance et son ingéniosité m’épatent à chaque fois…
Enfin, vendredi 11 octobre, nous levons l’ancre: beau temps, belle mer, ça devrait le faire.

Bora droit devant!

Sauf que… on n’avait pas vraiment bien regardé la distance entre Raiatea et Bora, le GPS nous annonce une arrivée au mouillage à 18h30… ça va pas le faire, c’est trop juste, on nous a prévenu qu’il y a des patates de corail à éviter dans le lagon de Bora, on a besoin d’un bonne visibilité. Nous quittons notre vent arrière bien confortable, sous spi, pour nous détourner vers Tahaa: nous visons le mouillage près de la rivière de corail, facile d’accès et pas trop loin de la passe. Le vent s’est entretemps levé, nous arrivons entre Tahaa et Raiatea où le vent s’engouffre assez violemment, nous devons changer d’allure: le spi est rangé, la grand’voile et le génois sortis. La houle est de travers, et une vague un peu plus forte fait tomber quelques assiettes dans le carré: petite panique chez les filles, pas encore habituées à ce type de navigation. Le vent forcit encore, nous posons un ris à la grand’voile, puis rentrons un peu de génois; encore des rafales, nous arrivons à la passe et rentrons le tout… Nous sommes encore bien secoués en remontant vers le mouillage, et nous ne sommes pas fâchés de jeter l’ancre! Le mouillage est assez remuant, la nuit s’annonce agitée…
Vendredi, réveil aux aurores: cette fois, on part tôt! Nous devons auparavant passer à terre pour acheter une nouvelle bouteille de gaz, l’ancienne s’est vidée au milieu de la cuisson du gâteau au chocolat de la veille, et nous réussissons à lever l’ancre à 8h30! Nous préparons le spi, mais finalement la traversée s’effectue uniquement au génois: le vent est établi entre 18 et 23 noeuds, avec des rafales jusqu’à 25 noeuds, nous faisons une moyenne de 5,5 noeuds, toujours en vent arrière. La houle est assez impressionnante, et nous sommes bien contents de l’avoir dans le dos, surtout quand nous croisons des bateaux qui reviennent de Bora Bora, au moteur et avec la houle dans le nez!
Nous atteignons la passe de Bora Bora vers 13h30, et c’est parti pour le tour du lagon! Encore 2h de navigation cette fois bien tranquille, au milieu de l’eau turquoise; à notre droite le mont Otemanu, et à notre gauche de magnifiques motus qui se succèdent. Nous longeons les hôtels sur pilotis qui font partie de la carte postale de Bora Bora, et jetons l’ancre à 15h30 au mouillage au sud-est du lagon: c’est splendide! La baignade qui suit est amplement méritée…
Le programme des jours à venir: plage, snorkeling en dérivante, jardin de corail, et, peut-être, des baleines…

la traversée!

Recette facile de pain rapide

Pain “mou” qui se conserve 2-3 jours

Ingrédients:
– 400gr de farine (de blé blanche T45, ça fonctionne très bien)
– 3 cuillère à café de levure du boulanger (ou un sachet)
– 1 cuillère à café de sucre roux
– 1 cuillère à soupe d’huile d’olive (pour un pain moins friable)
– 320ml d’eau: 250ml d’eau de mer + 70ml d’eau (ou à priori de lait, mais je n’ai pas encore essayé)

Préparation:
1) Dans un bol, ajouter la levure, le sucre et un peu d’eau tiède (idéalement 37°, pas plus de 40° sous peine de tuer les levures) et mélanger. Laisser gonfler pendant 5 à 10 min.
2) Dans un saladier: ajouter la farine, la levure une fois prête, l’huile et l’eau tiède peu à peu tout en battant. La pâte doit être homogène.
3) Verser dans un moule à cake. Mettre le tout dans le four éteint et laisser gonfler 2 heures (Lotus fait 30 min mais peut démarrer le four sans ouvrir la porte -sous peine de voir le pain se dégonfler-)
4) Cuire 40 min à feu doux (on le laisse même dans le four le temps que celui-ci refroidisse)